Une rééducation de l’écriture, pour qui ?

Enfants et Adolescents

Elle permet d’aider les enfants et les adolescents qui présentent des troubles liés à l’écriture (dysgraphie) :
  • Illisibilité (pour les enseignants, les parents et parfois le jeune lui-même)
  • Écriture peu soignée et/ou irrégulière, tracé inégal, retouches, proportions aléatoires
  • Découragement voire blocage pour tout travail à l’écrit (pleurs face aux devoirs écrits à la maison par exemple)
  • Anxiété à l’idée de devoir écrire voire refus
  • Manque de temps pour noter les cours en classe, prendre note des devoirs à faire, terminer les évaluations
  • Lenteur extrême mais avec un graphisme correct et très soigné
  • Douleurs à l’écriture (doigts, main, poignet, main, bras, épaule, nuque…)
Profils fréquemment concernés :
  • Précocité intellectuelle (« surdoués »)
  • Position du corps inadéquate
  • Mauvaise tenue du stylo
  • Latéralité mal ou non résolue (gaucher ou droitier)
  • Autres troubles souvent associés : dyscalculie, dysorthographie, dyslexie, dyspraxie
  • Tout enfant anxieux, n’ayant pas confiance en lui, stressé

Adultes

La graphothérapie apporte aussi une aide souvent inespérée ou du moins non envisagée chez l’adulte :
  • Écriture restée ou semblant enfantine
  • Illisibilité non liée à la fréquence d’écriture engendrant des remarques (ne sont pas concernées certaines professions à longues études entraînant les personnes à simplifier et à « filiformiser » leur écriture comme les médecins, les juristes…)
  • Refus d’écrire même quelques mots car on n’aime pas son écriture
    mauvaise préhension stylo Céline Heutte