Comment ?

Après une anamnèse (entretien avec le patient et ses parents s’il est mineur) et un bilan graphomoteur (série de tests permettant de déterminer l’âge graphomoteur -niveau global pour les adultes- et le degré de dysgraphie éventuel), un parcours personnalisé et individuel est proposé.
L’anamnèse et le bilan graphomoteur se déroulent le même jour et durent environ 1h30. A l’issue des tests, un compte-rendu oral est fait aux parents et au jeune concerné.
La proposition d’accompagnement est rédigée et adressée par mail dans les jours qui suivent.
Les séances de rééducation durent environ 40 mn, elles sont espacées de deux à trois semaines sur les périodes scolaires avec de petits exercices à la maison (3 minutes par jour).
La durée d’une rééducation est très variable, cependant, pour un résultat qui perdure, il convient de prévoir entre 8 et 10 séances.
La rééducation ne se substitue pas au travail du professeur des écoles qui apprend à écrire aux enfants. C’est pourquoi une rééducation ne peut débuter qu’à partir de 7 ans lorsque l’enfant a acquis toutes les bases de l’écriture.
La rééducation est composée de plusieurs exercices sur le dessin des formes fondamentales (boucles, coupes, hélices, vagues, traits droits…). Elle vise à apporter de la détente, de la souplesse et de l’aisance dans le geste, afin d’acquérir ensuite de la vitesse et de la personnalisation (à partir de 12 ans environ).
En fonction des sujets, la rééducation peut également intégrer un travail sur l’épaule, le bras, le poignet, la main et enfin les doigts. La position du corps et la tenue du stylo sont également abordés si nécessaire.
La relation entre l’enfant ou l’adolescent et la graphothérapeute est basée sur l’échange, la confiance, l’aide et l’accompagnement. Le jeune doit être participatif et volontaire dans sa rééducation pour que celle-ci soit efficace.

graphotherapeute caen comment2